Écho du Comice Agricole d'Athis 2 septembre 2018

 

Une fête !

 

Une vraie fête populaire.

 

 

 

Du monde partout. Beaucoup de monde tout au long du défilé des chars.

 

Athis décoré, fleuri. Magnifique gerbe de banderoles accrochée au clocher de l’église, descendant un peu à la manière des fusées au feu d’artifice du soir. Tout au long du parcours, les gens ont décoré les rues de leur quartier, c’est varié, c’est beau, c’est fête !

 

C’est fête. Depuis le char, la joie, les rythmes de la musique se communiquent dans la foule. Des saluts, des sourires s’échangent, des mains se mettent à taper, des corps à esquisser un pas de danse. Et l’on chante ! Et l’on chante ensemble. C’est vraiment la fête !

 

C’est fête aux fenêtres, aux étages et l’on se salue.

 

C’est fête. Le cortège traverse le parc de la maison de retraite. Les résidents, les soignants sont là assis sous les ombrages. C’est vraiment super !

 

Il fait beau. Il fait chaud. Les confettis s’échangent et les verres d’eau aussi ! Autre communication et l’on rit ! Et l’on s’amuse ! C’est la fête. Dans la foule on reconnait des amis : bonheur !

 

Il fait nuit, éclairage et lampions. La fête repart, continue. Toujours beaucoup de monde et joie sur le parcours. C’est la java bleue, le french cancan, et l’on danse sur le char. C’est la fête ! Une chanson venue du japon, le tube pour notre char ! Rythme ! Dans la rue, les ronds-points et les places, tout le monde tape des mains.

 

Sur le lac, c’est le feu d’artifice. La nuit s’illumine. Pluie d’étoiles. Cerise sur le gâteau de cette belle, de cette vraie fête. Il est temps de rentrer.

 

 

Impressions d’un impressionniste.

 

Claude. (Le frère !)